La compagnie DELTA suspend son Nice-New York direct. C’est effectif depuis le 13 novembre 2016.

Attentats à Paris et Nice, les élections présidentielles. Arrivée des low-cost sur les liaisons transatlantiques. Parité euro/dollars. Tout a pénalisé ce vol incitant Delta à le suspendre pour ne reprendre la liaison quotidienne qu’en avril 2017.

« Depuis août, la fréquentation de la ligne a progressivement chuté de 4 % en août à 20 % en octobre « , commente Béatrice de Rotalier. En outre, la directrice commerciale de Delta en France déclare :  « Plusieurs facteurs ont contribué à cette évolution négative qui touche aussi les vols depuis Paris. Ce sont les attentats à Paris et Nice qui ont le plus pénaliser le déplacement des Américains dans l’hexagone. En effet, ils contribuent à 70 % de la fréquentation du vol Nice New York. »

A cela s’ajoutent les élections présidentielles, l’incertitude de l’après-Brexit, le lowcost…  De même, les JO de Rio ou l’Eurofoot ont fixé chez eux américains et français. Par ailleurs, événements et congrès ont aussi été annulés sur la Côte d’Azur.

Dès lors, les azuréens habitués au vol direct vers New York et aux correspondances (40 % des passagers) vers beaucoup de destinations américaines (San Francisco, Los Angeles, Orlando, Miami…) devront transiter par Roissy ou Amsterdam, hubs d’Air France KLM, partenaire de Delta avec des vols plus longs.

En conséquence, s’il fallait 7 h en direct, il en faudra cet hiver de 13 à 15 h via les correspondances par Paris ou Amsterdam.

Par chance, la ligne Nice-New York,  des plus rentables pour Delta sur ses liaisons transatlantiques, reprendra ses rotations quotidiennes dès le 6 avril prochain.

Egalement des réductions au départ de Roissy

De même, Delta a décidé de freiner à Roissy CDG sur certaines villes américaines. « Pour l’hiver, nous réduisons de 7 à 5 voire 4 vols/semaine la desserte de Chicago. Idem pour Salt Lake City, Cincinnati ou Seattle ».